Lac Bowker
   

 

 

Archives

 

 

Actualités

7 septembre 2018

Décès de Gérard Potvin

C'est avec tristesse que nous apprenons le décès de M. Gérard Potvin âgé de 90 ans et membre honoraire de notre association. M. Potvin a toujours eu à coeur la protection de notre lac et son environnement. Le conseil d'administration tient à offrir ses plus sincères condoléances à sa famille et amis et tout particulièrement à sa fille Marie qui est toujours membre active et administratrice de notre association.

gp2
Souvent, nous l'avons vu intervenir lors de nos assemblées générales et tenir des propos pertinents et motivants.

gp1
19 octobre 1927 — 28 août 2018

Éloge à Gérard Potvin

Le 28 août dernier à l’hôpital de Verdun est décédé Gérard Potvin, à l’âge de 90 ans, aux termes d’une courageuse lutte contre le cancer.

Il a rejoint sa chère épouse Madeleine, son rayon de soleil, décédée au Panama en 2009.

Gérard est né à Farnham en 1927 d’un père agriculteur et d’une mère maîtresse d’école. Il fit de brillantes études au Canada et en Suisse, où il obtint un doctorat de philosophie portant sur Aristote en 1972. Il fit carrière comme professeur au séminaire de St-Hyacinthe puis à l’Université de Montréal en philosophie et en sciences de l’éducation, pendant près de cinquante ans. Son amour du voyage l’a aussi amené à enseigner en Guinée et au Portugal. Il a marqué plusieurs générations d’étudiants par sa pensée progressiste et sa générosité. Citoyen engagé, il s’est aussi impliqué dans le mouvement syndical et en politique municipale dans le canton d’Orford, où sa chaleureuse maison était un lieu de regroupement multigénérationnel. Selon les vœux de Madeleine et Gérard, ce merveilleux lieu est, depuis 2014, la « Réserve naturelle en Milieu privé Madeleine Gingras-Potvin », totalisant plus de 114 hectares.

Suivez-nous sur Facebook Facebook


3 septembre 2018

3e test d'eau — Des résultats qui font réfléchir

Le 1 septembre dernier avait lieu le troisième test d'eau de l'année 2018. Après les résultats hors-norme du dernier test, force est de constater que la situation s'améliore, mais demeure préoccupante.

En effet, nous observons depuis les trois dernières années (2016-2018) que la moyenne des résultats des tests effectués à la fin du mois d'août est moins bonne que celle effectuée à la même période durant les années précédentes (2009-2015). Depuis les trois dernières années, la moyenne de coliformes pour les dix points recensés a été de 19 coliformes par 100 ml soit largement au-dessus de la norme du Québec concernant le nombre permis (10 coliformes totaux par 100 ml) pour la consommation. La moyenne des années précédentes était de 5 coliformes par 100 ml.

Bien sûr l'été exceptionnellement chaud est à prendre en compte dans ces résultats et constitue un facteur aggravant. Mais face aux changements climatiques en cours, nous devons prendre conscience que la qualité de notre lac est de notre responsabilité et que des mesures plus strictes de conservation devront être envisagées.

Voici les résultats du dernier test d'eau :

 

Suivez-nous sur Facebook Facebook


6 septembre 2018

3e test d'eau — Des résultats qui font réfléchir

Le 1 septembre dernier avait lieu le troisième test d'eau de l'année 2018. Après les résultats hors-norme du dernier test, force est de constater que la situation s'améliore, mais demeure préoccupante.

En effet, nous observons depuis les trois dernières années (2016-2018) que la moyenne des résultats des tests effectués à la fin du mois d'août est moins bonne que celle effectuée à la même période durant les années précédentes (2009-2015). Depuis les trois dernières années, la moyenne de coliformes pour les dix points recensés a été de 19 coliformes par 100 ml soit largement au-dessus de la norme du Québec concernant le nombre permis (10 coliformes totaux par 100 ml) pour la consommation. La moyenne des années précédentes était de 5 coliformes par 100 ml.

Bien sûr l'été exceptionnellement chaud est à prendre en compte dans ces résultats et constitue un facteur aggravant. Mais face aux changements climatiques en cours, nous devons prendre conscience que la qualité de l'eau de notre lac est de notre responsabilité et que des mesures plus strictes de conservation devront être envisagées.

Voici les résultats du dernier test d'eau :

 

Suivez-nous sur Facebook Facebook


18 août 2018

Maintien de l'activité épluchette de blé d'Inde

Les probabilités de précipitation ne sont que de 30%, nous tiendrons donc notre épluchette tel que prévu aujourd’hui à 12 h.

 

Au plaisir de vous y rencontrer. 


Votre conseil

 

Suivez-nous sur Facebook Facebook


12 août 2018

Épluchette de blé d'Inde et conférence

N'oubliez pas d'inscrire à votre agenda l'épluchette de blé d'Inde et la conférence de l'APRLB, le samedi 18 août prochain, à 12 h (remis au lendemain en cas de pluie).

epluchette

Suivez-nous sur Facebook Facebook


6 août 2018

2e test d'eau — Des résultats hors-norme

Le 28 juillet dernier, les équipes de l'APRLB ont procédé au deuxième test d'eau de l'année 2018 et les résultats sont les pires depuis que nous faisons des tests, et ce, de beaucoup.

Il s'agit de notre 35e test depuis 2009 et les résultats sont exceptionnels. Au point 7 (voir tableau et carte ci-dessous) nous obtenons 188 coliformes totaux par 100 ml d'eau et seul le point 2 (5 coliformes totaux par 100 ml) respecte la norme de consommation qui doit être inférieure à 10 coliformes totaux et 0 coliforme fécal.

Voici les résultats comparatifs avec le dernier test :

Coliformes totaux par 100 ml
Points
2018-07-28
2018-07-07
1
59
3
2
5
0
3
19
0
4
16
0
5
106
11
6
52
19
7
188
11
8
25
19
9
87
8
10
156
8

Heureusement, les tests ont indiqué que nous n'avions aucun coliforme fécal (E. coli ). Comme l'illustre le tableau ci-dessus, notre lac a subi un choc et démontre par le fait même toute sa fragilité.

La raison la plus probable de ces mauvais résultats semble pointer vers les fortes pluies des jours précédents. En effet, trois jours précédant les tests, il est tombé de fortes pluies sur le lac ayant un effet direct sur les résultats.

Pluie
Ce tableau provient de la station météorologique située sur les rives du lac Bowker et illustre les fortes pluies des jours précédents.

De tout temps, la pluie est tombée sur le lac Bowker et posait peu de problèmes, car la pluie est un cycle météorologique normal et sain. Toutefois, la situation change avec les dérangements climatiques, nous assistons maintenant à de fortes pluies presque torrentielles qui déversent en très peu de temps une quantité énorme d'eau. Cette trombe d'eau a pour effet de suralimenter les ruisseaux en sédiments qui inévitablement s'écoulent vers notre lac. Voilà une autre bonne raison de protéger ses rives (voir ci-dessous).

 

Des leçons à retenir de ces derniers événements

quaie
Un lac magnifique à protéger

Certes, nous avons un beau lac qui fait l'envie de plusieurs, mais face à ces résultats désastreux une prise de conscience s'impose. Soyons francs, ces résultats nous ont surpris par leur ampleur et par leur généralisation sur presque tous les points recensés. Notre lac est un milieu vivant et par conséquent, il réagit face aux changements climatiques auxquels nous assistons tous : eau plus chaude, augmentation des orages, sédimentation accrue, période de sécheresse, etc. En bref, nous devons prévenir plutôt que de guérir.

Pour ce faire, nous devons :

  • Végétaliser nos rives — Une rive végétalisée (sur une profondeur minimale de 5 m) est une barrière préventive entre la terre ferme et le lac. En plantant dans la bande riveraine nous évitons que la terre et les débris organiques coulent vers le lac. Le système racinaire des plantes joue un rôle très important pour retenir les sédiments et fixer le phosphore responsable de la croissance des plantes aquatiques et de la prolifération des bactéries du type E. coli. N'oublions pas qu'en accord avec le règlement municipal, toutes les rives de notre lac doivent être végétalisées.

  • Filtrer l'eau du lac — Si vous puisez votre eau de consommation à partir du lac, il est fortement recommandé d'utiliser un système de filtration (lampe UV, osmose inversée, filtres, etc.) afin d'éviter tout problème de santé. Car, n'oublions pas que les normes pour la consommation d'eau sont beaucoup plus sévères que celle pour la baignade.

Afin de vérifier à quel rythme la situation se normaliserait, nous avons décidé de faire de nouveaux tests aux trois points les plus critiques (5, 7 et 10), une semaine plus tard, soit le samedi 4 août. Les résultats sont redevenus normaux comme l'indique le tableau ci-dessous :

Coliformes par 100 ml
Points
Totaux
E. coli
5
8
0
7
3
0
10
8
0

Suivez-nous sur Facebook Facebook


16 juillet 2018

Premier test d'eau

Le 7 juillet dernier, les équipes de l'APRLB ont procédé au premier test d'eau de l'année 2018. Bien qu'après une semaine de canicule et une ondée de plus de 15 mm la veille de l'échantillonnage, les résultats sont satisfaisants et se comparent à ceux des années dernières.

Consultez la carte ci-dessous pour plus de renseignements.

 

 


Nouveau conseil d'administration

Le nouveau conseil d'administration de votre association est maintenant formé des personnes suivantes :

Normand Dumont Président
Geneviève Tellier Vice-présidente
Charles Farrar Trésorier
Louise Cloutier Secrétaire
Marie Potvin Administratrice

Calendrier des activités à venir

4 août 2e test d'eau
18 août Épluchette
25 août 3e test d'eau

Suivez-nous sur Facebook Facebook


17 avril 2018

attention

Report de la date de l'assemblée générale annuelle

La municipalité d’Orford vient de nous informer que la salle de la Mairie n’est plus disponible le 27 mai prochain.  Il y aura des travaux d’entretien pendant toute la fin de semaine. Nous nous voyons donc dans l’obligation de reporter la date de notre Assemblée générale annuelle au 3 juin 2018, à 9 h 30.

Nous sommes désolés de ce contretemps et nous vous remercions de votre compréhension.

Les plus amples informations et les documents de l’AGA arriveront bientôt, et nous vous attendons en très grand nombre.

Le Conseil d’administration


Suivez-nous sur Facebook Facebook


20 mars 2018

Radio-Canada se penche sur l'état des lacs au Québec

Récemment, RAPPEL (Regroupement des Associations Pour la Protection de l’Environnement des Lacs et des bassins versants) nous signalait la publication sur le site de Radio-Canada d'un article très intéressant sur l'état général des lacs du sud du Québec, leur niveau d'eutrophisation (degré de fertilité) ainsi qu'une carte interactive.

Voir l'article : logorc Nos lacs sont-ils en bon état?


Résumé

En bref, les 3/4 des lacs du sud du Québec sont en bonne santé, c'est-à-dire que leur degré de fertilité est faible. En d'autres mots — selon Yves Prairie, professeur de sciences biologiques à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et titulaire de la Chaire UNESCO en changements environnementaux à l’échelle du globe —, ils sont peu nourris et souffrent peu ou pas des signes caractéristiques d'un lac mal en point comme une « surabondance des algues microscopiques, une eau moins transparente et moins d’oxygène dans les couches profondes ».

Quelques extraits intéressants :

  • Les experts évaluent l’état général des lacs en vérifiant notamment leur eutrophisation, c’est-à-dire leur fertilité. Ils le font en analysant la transparence de l’eau et en mesurant les concentrations de phosphore, de chlorophylle a et de carbone organique dissous.

  • Un lac en très bon état est peu nourri.

  • Les degrés de fertilité (de peu nourri à très nourri) :
    • ultra-oligotrophe (très peu enrichi);
    • oligotrophe (peu enrichi);
    • oligo-mésotrophe (entre oligotrophe et mésotrophe);
    • mésotrophe (moyennement enrichi);
    • méso-eutrophe (entre mésotrophe et eutrophe);
    • eutrophe et hyper-eutrophe (enrichi et très enrichi

  • Carte interactive


Le lac Bowker est qualifié d'oligotrophe comme environ 33 % des lacs du sud du Québec.

  • C’est vraiment l’agriculture et les milieux urbains ou la villégiature, surtout quand les fosses septiques ne sont pas adéquates, qui mènent à ces conditions.Yannick Huot, de l’Université de Sherbrooke

  • De son côté, Yves Prairie précise qu'il y a plus d'eutrophisation dans les lacs de l'Estrie. La carte montre aussi des lacs en mauvais état en Abitibi, ce qui semble curieux de prime abord, note-t-il. Du même souffle, M. Prairie avance une explication : il y a des activités agricoles dans cette région et les lacs y sont peu profonds, comparativement à d'autres endroits.

  • Mais les changements climatiques ont aussi un rôle à jouer, selon les experts. Par exemple, s’il y a des précipitations plus fortes et plus fréquentes, les lacs pourraient recevoir plus de phosphore en provenance des bassins versants.

    La hausse des températures pourrait aussi nuire aux lacs. Cela pourrait notamment amener un réchauffement des eaux de surface et moins d’oxygène dans les zones profondes.


  • Quant aux plantes aquatiques, ce sont des végétaux munis de tiges, de racines et de feuilles, qui poussent sur le bord des plans d’eau. Elles peuvent être un signe d’eutrophisation, mais on les trouve aussi dans les lacs en bon état.

  • Mis à part l’eutrophisation, un autre phénomène est préoccupant, selon le ministère de l’Environnement : l’introduction et la prolifération de plantes aquatiques exotiques. Parmi ces plantes nuisibles, le myriophylle à épi ou plante zombie. 

  • Roxane Maranger souligne l’importance de la replantation et du reboisement des bandes riveraines, car ces dernières sont le dernier filtre pour capter les éléments nutritifs avant qu’ils n’arrivent dans les plans d’eau.


Suivez-nous sur Facebook Facebook


15 mars 2018

Nous avons besoin de vous

Dans moins d'une semaine, le printemps sera parmi nous et l'APRLB se prépare activement à une nouvelle saison remplie d'activités : renouvellement d'adhésion des membres, assemblée générale, nouveau conseil d'administration, tests d'eau, épluchette de blé d'Inde, activités de formation, représentation auprès des instances municipales, site Web, page Facebook, etc.

Bref, une autre année bien occupée et nous avons besoin de vous tous pour combler ces tâches et maintenir notre lac en bonne santé.

Commençons par le commencement, avez-vous renouvelé votre adhésion à l'association ? Sinon, lisez le communiqué qui vous a été envoyé par courriel récemment — reproduit ci-dessous — et remplissez immédiatement le Formulaire d'adhésion (cliquez pour télécharger le formulaire).

N'oubliez pas jusqu'à deux personnes par adresse peuvent être membre de l'APRLB ( 20 $ pour la 1re personne et 10 $ pour la 2e) et vous pouvez payer par chèque ou par Interac.

courriel
Reproduction du courriel


Suivez-nous sur Facebook Facebook


13 mars 2018

Un lac, une patinoire

Le 24 février dernier notre lac s'est transformé en véritable patinoire, au grand plaisir de M. Normand Dumont qui a profité de ce moment unique pour chausser ses patins et faire un grand tour.

La photo fut prise par Mme Danielle Masson et reprise dans La Presse + du 26 février, dans la chronique Météo.

patinage

patinage2

 


Suivez-nous sur Facebook Facebook


 

LAC BOWKER

ASSOCIATION DES PROPRIÉTAIRES RIVERAINS DU LAC BOWKER