Lac Bowker
   


 

Dossier - Eau

Les plantes aquatiques sont-elles nuisibles ?

conference

Samedi le 12 août dernier, lors de notre épluchette du blé d’Inde annuelle, nous recevions Madame Roxanne Tremblay, biologiste à RAPPEL (Regroupement des Associations Pour la Protection de l’Environnement des Lacs et des bassins versants) — Coop de Solidarité en Protection de l’Eau. Nous invitons nos membres à consulter le site de RAPPEL, vous y trouverez une mine d'informations de qualité.

Cette dernière nous a donné une conférence très pertinente sur un sujet qui préoccupe l’ensemble des riverains et utilisateurs du lac Bowker, celui des plantes aquatiques et des algues.

Voir ci-dessous un résumé des notes rédigées par nos membres de sa conférence.

 

Est-ce une algue ou une plante aquatique ?
Lors de cette conférence, nous avons d’abord appris à distinguer entre ces deux organismes présents dans les lacs à eau douce. Les algues sont des micro-organismes qui se regroupent parfois en colonie dont certaines prennent la forme d’algues filamenteuses. Pour plus d’informations, consulter le site du RAPPEL ici.  

Quant aux plantes aquatiques, on les reconnaît par leurs tiges, feuilles et racines. Pour les informations plus complètes, y compris des photos et dessins des plantes différentes, consultez le site du RAPPEL ici.

Quels sont les rôles des plantes aquatiques ?
En croissance normale, les plantes aquatiques :

  • Libèrent de l’oxygène dans le plan d’eau
  • Stabilisent les sédiments du littoral avec leurs racines
  • Réduisent l’érosion de la rive en protégeant les berges des vagues
  • Fournissent un habitat pour la faune; servent d’abri de lieu de reproduction et d’alimentation.
  • Captent les nutriments provenant de l’eau et des sédiments.
Bref, elles font partie intégrante de l’écosystème aquatique.

Il faut toutefois surveiller la variation dans la densité et la diversité des herbiers ainsi que les espèces présentes, car elles peuvent contribuer au phénomène d’eutrophisation des lacs.

À quel moment les plantes aquatiques deviennent-elles problématiques
En croissance excessive, les plantes:

  • Modifient l’habitat
  • Augmentent la quantité de matières organiques
  • Augmentent l’envasement du fond
  • Réduisent les réserves d’oxygène
  • Modifient la biodiversité
Toutefois, il est tout à fait normal que certaines zones comme les baies comptent plus de plantes aquatiques, étant donné que les eaux sont plus tranquilles et plus riches en nutriments.

Comment éviter la prolifération excessive des plantes aquatiques ? 

Il faut agir sur trois fronts :

  • Réduire les apports de phosphore et d’azote, car le phosphore et l’azote sont des engrais pour les plantes aquatiques
  • Réduire les apports en sédiments, car ils sont propices à l’enracinement.
  • Maintenir l’ombrage naturel, le soleil étant une source de chaleur et d’énergie.
La façon optimale d’atteindre ces trois objectifs est de s’assurer d’avoir une bande riveraine adéquate, tout en combinant bien sûr avec des actions au niveau du bassin versant.

Pourquoi ne doit-on pas les arracher ?

 Parce que les arracher :

  • Provoque une croissance accrue des algues
  • Facilite la dispersion des espèces exotiques envahissantes
  • Perturbe l’habitat aquatique
  • Détruit les lieux de reproduction, d’alimentation et des abris
  • Remet des sédiments en suspension

Les arracher ne les empêche pas de repousser plus tard.
Il faut régler le problème à la source.
Il faut agir au niveau de l’apport en nutriments et en sédiments dans le bassin versant .

 

Conclusion générale
Les plantes aquatiques ne sont pas en soi le problème, mais plutôt un indicateur du problème.

 

Il y a cependant des plantes envahissantes :

  Certaines espèces sont considérées envahissantes, car elles peuvent :

  • Se reproduire rapidement
  • Étendre facilement leur distribution
  • Déloger d’autres espèces
  • Envahir le plan d’eau
  • Nuire à la biodiversité

Une espèce exotique envahissante fait beaucoup parler d’elle : le myriophylle à épi.

myriophylle_epi
Image tirée du site RAPPEL
Il s’agit de l’une des plantes aquatiques envahissantes les plus répandues. Pour plus d’informations, consulter le site du RAPPEL ici.  

  • Plante aquatique arrivée en Amérique du Nord vers les années 1940
  • Provient de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique de Nord
  • Particulièrement efficace pour envahir les plans d’eau puisqu’elle pratique la reproduction sexuée et asexuée (fragmentation des tiges, dépôt au fond des cours d’eau et développement de nouvelles plantes)
  • Grande facilité d’adaptation (eau chaude, froide, calme, agitée, claire, trouble, acide, basique, et tolère faible quantité de sel dans l’eau)
  • Formation d’un épais tapis de tiges à la surface de l’eau qui ne permet aucun apport lumineux au fond de l’eau.

 

LAC BOWKER

ASSOCIATION DES PROPRIÉTAIRES RIVERAINS DU LAC BOWKER